La célèbre souris des dessins animés Tom et Jerry

Toujours associée au nom de mon pire ennemi, Tom, je suis certainement la souris la plus traquée au monde ! Et pourtant, c’est grâce à ces folles courses-poursuites que j’ai connu l’incroyable succès qui ne me quitte pas depuis quatre-vingts ans.

Jerry la souris des dessins animés

Mon histoire commence en 1940, lorsque les célèbres réalisateurs William Hanna et Joseph Barbera, pour contrer l’empire Disney et son mondialement célèbre Mickey, décident de créer de nouveaux personnages. Dans leur premier court-métrage Faites chauffer la colle (Puss gets the boot), j’apparais sous les traits d’une petite souris marron anthropomorphe, c’est-à-dire que je me tiens debout comme les humains. De son coté, Tom est d’abord dessiné à quatre pattes, comme tous les félins, avant de prendre lui aussi une allure humaine dans les épisodes suivants.

Tom et Jerry

En l’espace de dix-sept années, cent quatorze dessins animés sont produits, dans lesquels la recette est toujours la même. A chaque fois, Tom, le chat, cherche un nouveau subterfuge pour m’attraper, et je parviens à échapper à ses griffes. Blessé dans son orgueil, il cherche à se venger mais n’y parvient pas. L’histoire recommence, éternellement. Pour écrire les scénarios, nos concepteurs se sont largement inspirés de la comédie slapstick, c’est-à-dire des histoires dans lesquelles on cherche à violenter, de manière exagérée, l’autre, dans le but de faire rire les spectateurs. Pour mettre en valeur leurs actions, nos personnages ne s’expriment pas, si ce n’est pour marquer une émotion de peur, de joie ou de douleur. C’est d’ailleurs William Hanna qui prêta en premier sa voix Tom. La méthode imaginée fonctionne à merveille, puisque les réalisateurs reçoivent à sept reprises l’oscar du meilleur court-métrage d’animation.

Je suis la preuve que la taille et la force ne sont pas toujours les meilleures conseillères. Petit mais finaud, je me sors de toutes les mauvaises situations et parviens à les retourner contre Tom. Cependant, il arrive que nos dessinateurs choisissent de nous faire perdre tous deux, ou encore qu’un piège se retourne finalement contre moi. Même si nous nous entendons comme chien et chat – ou plutôt comme chat et souris – mon acolyte vient me sauver si jamais la situation dégénère, comme c’est arrivé plusieurs fois. Finalement, nos poursuites ressemblent davantage à des jeux de cour de récréation qu’à de véritables batailles, et c’est pour cela que les spectateurs éprouvent de la tendresse envers nos personnages. D’ailleurs, Hanna et Barbera diront de nous que nous sommes « les meilleurs ennemis du monde ».

Dessins animés de Tom et Jerry

Vous êtes-vous déjà demandé d’où provenaient nos prénoms ? Au départ, William Hanna choisit de me nommer Jinx, ce qui signifie littéralement « porte-poisse », tandis qu’il appelle Tom Jasper. Cependant, nous allons être rebaptisés dès le deuxième épisode, Le Pique-nique de minuit (The Midnight snack). En anglais, un chat mâle se dit « tomcat », ce qui expliquerait le nom de Tom. Toutefois, ce n’est pas la seule hypothèse. Comme vous l’avez remarqué, notre série a été créée durant la seconde guerre mondiale et il paraît, même si personne ne l’a vraiment confirmé, que les réalisateurs voulaient que nous symbolisions les camps ennemis de la guerre : les Allemands et les Anglais. A l’époque, les Anglais nommaient leurs ennemis les Jerries, un diminutif pour Germans, tandis qu’eux-mêmes se surnommaient les Tommies. Je vous avoue que j’ai été vexé de prendre les traits de l’ennemi, alors que, la plupart du temps, c’est Tom qui me martyrisait.

Après Hanna et Barbera, les producteurs choisissent d’engager d’autres dessinateurs et scénaristes. En 1960, ils donnèrent d’abord leur confiance à Gene Deitch, mais les treize épisodes qu’il réalise ne sont pas bien accueillis par le public. Trois ans plus tard, c’est Chuck Jones qui reprend les rênes, mais le résultat n’est pas plus probant. Finalement, en 1975, ils décident de faire à nouveau confiance au duo initial, Hanna et Barbera, et le succès au rendez-vous.

Jerry la souris des dessins animés

Cependant, tout succès possède son revers de médaille, et nous n’échappons pas à la règle. Tom et Jerry est considéré comme le dessin animé le plus violent de la Warner Bros, car nos personnages passent leur temps à se malmener d’une manière jugée extrême. Massue, couteau, fusil, explosif, tous les moyens sont bons pour se chamailler et tous les coups sont permis. Certains épisodes ne sont d’ailleurs plus diffusés depuis longtemps à cause de la violence qu’ils offrent, ou de l’idéologie contraire à la cible de ces dessins animés. Dans une aventure, par exemple, nous fumons, tandis que, dans une autre, nous nous suicidons tous deux sur les rails d’un train. Étrange, lorsqu’on sait que nos dessins animés sont avant tout destinés aux enfants !

Après cent soixante-quatre courts-métrages, un long-métrage et une douzaine de téléfilms qui, au fil des années, ont modernisé nos personnages, nous plaisons toujours aux jeunes générations qui peuvent partager leur plaisir avec leurs parents et leurs grands-parents !

CES ARTICLES POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :

Menu