A quel âge poussent les dents de lait ?

Certains bébés peuvent naître avec une ou plusieurs dents déjà sorties, mais c’est un cas très rare. Louis XIV et Napoléon Ier seraient nés avec des dents de lait. Habituellement, les premières dents de lait apparaissent vers l’âge de 6 mois. Ce sont généralement les incisives qui pointent le bout de leur nez en premier, suivies des molaires puis des canines pour un total de 20 dents de lait à l’âge de 30 mois environ.

Voici l’ordre d’apparition généralement constaté :

  • Vers 6 mois : les 2 premières incisives du bas
  • Vers 8-10 mois : 2 premières incisives du haut
  • Vers 10-12 mois : 2 secondes incisives du haut
  • Vers 10-14 mois : 2 secondes incisives du bas
  • Vers 12-18 mois : 2 premières molaires du bas
  • Vers 12-18 mois : 2 premières molaires du haut
  • Vers 12-24 mois : 2 canines du bas
  • Vers 12-24 mois : 2 canines du haut
  • Vers 20-30 mois : 2 secondes molaires du bas
  • Vers 20-30 mois : 2 secondes molaires du haut

Combien un enfant possède de dents de lait ?

A 1 an : un enfant a 8 dents.
A 3 ans : un enfant a toutes ses dents de lait.
C’est-à-dire 20 dents : 8 incisives, 4 canines et 8 molaires, comme le montre le schéma ci-contre.

Chaque enfant évolue à son rythme. Il est possible que les dents n’apparaissent pas dans cet ordre ou qu’elles apparaissent en avance ou en retard. En cas d’inquiétude, il est toujours recommandé de consulter un dentiste.

(Image de droite : Dentition d’un enfant de 3 ans)

Dentition enfant de 3 ans

Quels sont les symptômes de la poussée dentaire ?

La poussée dentaire se produit entre 4 mois et 3 ans. Dans ce domaine également, tous les enfants sont différents. Chez un petit nombre de bébés, la poussée dentaire va se manifester par une simple rougeur localisée sur les tempes. Mais chez la plupart d’entre eux, elle va générer des douleurs, une gêne et parfois de la fièvre et des diarrhées. Cette phase souvent désagréable pour le bébé (et ses parents) se traduit par de multiples symptômes :

  • des pleurs
  • un besoin de mordiller tout ce qui lui passe sous la main
  • une salivation abondante
  • des joues rouges
  • des gencives gonflées
  • un sommeil moins régulier et agité
  • de l’érythème fessier
  • une perte d’appétit

La zone ORL étant fragilisée, votre bébé peut être sujet à des rhino-pharyngites, bronchites ou otites.
Il est bon de rappeler que l’ensemble des objets qu’un bébé porte à sa bouche peuvent être vecteurs de bactéries et de microbes. Il est donc important de stériliser régulièrement ses jouets, doudous et anneaux dentaires.

Comment soulager la douleur causée par la poussée dentaire ?

Il se dit que si les adultes étaient à la place des bébés lors des poussées dentaires, ils ne supporteraient pas la douleur ressentie. Si vous avez déjà eu une dent de sagesse douloureuse, vous comprendrez très bien ce que ressentent les bébés.
Heureusement, il existe des solutions pour atténuer le mal. L’anneau de dentition est un accessoire indispensable. Il existe même en version réfrigérée. Ce dispositif, permet d’anesthésier par le froid la douleur provoquée par la poussée dentaire.
Le baume gingival est une autre possibilité. Il pourra être associé à un léger massage des gencives lors de son application.
Certains parents se tournent vers l’homéopathie (granules de camomille sauvage : Chamomilla vulgaris), tandis que d’autres choisissent le paracétamol comme allié. Dans tous les cas, les dosages sont à déterminer par un pédiatre.
Enfin, pour essayer de faire oublier la douleur de la poussée dentaire à votre bébé, rien de tel que de la musique douce et de gros câlins.

Faut-il aider au perçage des gencives pour la sortie des dents de lait ?

Non. Il ne faut jamais aider au perçage de la gencive. Il faut laisser la dent percer seule. Les conseils de grand-mère tels que frotter avec un sucre ou à l’aide d’une petite cuillère sont à bannir.

Pouce ou tétine ?

C’est un grand débat chez la plupart des jeunes parents.
La succion est un besoin physiologique pour les bébés. Tout d’abord pour se nourrir, puis pour découvrir le monde, c’est la phase orale. Âgé de quelques mois, l’enfant suçotera tout ce qui lui passera sous la main ainsi que ses doigts ou sa tétine, s’il en a une. La succion permet également à l’enfant de compenser pour mieux supporter la séparation avec sa mère, elle l’apaise et le réconforte.
Le pouce comme la tétine a tendance à déformer le palais. Le problème consiste à arrêter cette pratique lorsque l’enfant grandit. Il est plus facile d’arrêter la tétine alors qu’il est impossible de supprimer l’accès au pouce.

Pouce ou tétine ?

L’utilisation du pouce a donc tendance à durer plus longtemps et donc à avoir plus durablement des conséquences néfastes sur le palais.
Côté praticité, le pouce est plus économique et ne risque pas d’être égaré dans le lit la nuit. La tétine, quant à elle, est plus hygiénique car elle peut être stérilisée.
En conclusion, le pouce ou la tétine ne sont ni l’un ni l’autre à bannir. Sucer son pouce ou sa tétine est très rassurant et réconfortant pour votre bébé. Il n’y a donc aucune raison de l’en priver tant qu’il est petit.
Pour satisfaire au besoin de succion naturel du bébé, c’est aux parents de choisir entre pouce et tétine, sachant que parfois, c’est l’enfant qui choisit en refusant l’un au profit de l’autre.
Pour que l’enfant ait des dents définitives bien implantées et alignées, il est recommandé d’arrêter cette pratique dès que possible. Idéalement entre l’âge de 2-3 ans et l’entrée en maternelle.

Menu