Leprechaun

Je suis souvent représenté avec un habit vert, une barbe rousse, un haut chapeau et un trèfle porte-bonheur, symbole de mon pays natal, l’Irlande. Ma petite taille (moins d’un mètre) et mon vieil âge me font ressembler à un lutin. Mon hygiène de vie agrémentée de dudeens, alcool de ma fabrication, et de tabac aux vertus étranges est loin d’être irréprochable…

En réalité, la façon dont vos contemporains me représentent est très éloignée de mes origines. En effet, mon habit traditionnel n’est pas vert, mais rouge, je porte un tricorne et j’habite dans un monde souterrain. J’aime préparer des farces et fabriquer des chaussures pour les petites fées. Après avoir tenté en vain de conquérir l’Irlande, j’ai signé un traité qui laissait la surface du pays aux hommes et le sous-sol aux Leprechauns. Vous ai-je dit qu’il n’y avait pas de femme dans notre monde ?

Lors de la Saint Patrick, le 17 mars, qui rend hommage au saint patron de mon île, je suis de la partie et des centaines de mes semblables défilent dans les rues ! Cette fête est tellement connue qu’on la célèbre aux quatre coins de la planète : outre les concerts et animations dans les Pubs, d’autres actions sont plus surprenantes, comme la ville de Chicago qui teinte sa rivière, la Chicago River, en vert !

Mon nom étrange proviendrait du gaélique leath bhrogan, littéralement « faiseur de chaussures », ce qui expliquerait le tablier de cordonnier que je porte régulièrement. Cependant, rien n’est moins sûr car on m’attribue également une autre origine, luacharma’n, qui signifie « pygmée » en gaélique, faisant ainsi référence à ma petite taille.

La légende raconte que j’habite au pied d’un arc-en-ciel et que je protège farouchement un chaudron rempli de pièces d’or. Gare à vous si vous tentez de me voler mon trésor, mon mauvais caractère pourrait vous ôter l’envie de recommencer ! Et ne vous fiez pas à mes promesses de richesse si vous parvenez à m’attraper, ce n’est qu’un stratagème pour m’enfuir. Il suffit d’ailleurs que vous cligniez des yeux une seconde pour que je disparaisse comme par magie. Pour vous tromper, je possède deux bourses en cuir dont je vous offre le contenu : la première contient une pièce d’un shilling qui revient comme par magie dans sa bourse dès que vous l’attrapez, et la deuxième une pièce d’or qui se change immédiatement en cendres.

Depuis quelques années, je suis considéré comme une espèce en voie de disparition, c’est la raison pour laquelle personne ne parvient à me localiser. D’ailleurs, la ville de Carlingford a créé un espace protégé afin de nous laisser vivre en paix. Un panneau indique même que les chasseurs et chercheurs de fortune seront poursuivis !

Dites le à vos amis :

1 Commentaire. En écrire un nouveau

Deschamps Annie
7 mars 2017 11 h 50 min

Merci de continuer à nous faire profiter de vos connaissances
D’une grand-mère qui aime transmettre les contes et légendes

Menu